METHODES DE TRAVAIL

L’accompagnement dans le décrochage scolaire et les difficultés scolaires

Le décrochage scolaire atteint des proportions inquiétantes dans nos sociétés (près de 20% des jeunes de 18 ans ne terminent pas leur cycle secondaire) avec des conséquences importantes au niveau personnel, familial mais également social.

Les adolescents en décrochage ou en difficulté scolaire sont des adolescents en souffrance ; souffrance générée par les difficultés diverses qui ont émaillé leur existence.

Ils sont en recherche de sens pour leur vie, ce sens qui permet de se mettre en action, de se mobiliser et de s’adapter aux situations scolaires, personnelles et familiales qu’ils vivent. Ces adolescents ont des difficultés majeures à identifier un projet mobilisateur et à entreprendre les actions pour l’atteindre.

Le décrochage scolaire en question

Le décrochage scolaire, qu’il soit actif (absence de l’école) ou passif (présence à l’école mais manque de performance), est un phénomène complexe qui trouve ses origines dans un long processus social, familial et/ou scolaire. Bien souvent, les sphères scolaires et privées s’entremêlent, l’adolescent essayant de manifester son mal-être dans l’un ou l’autre de ces sphères, voire les deux, comme un appel à l’aide.

Les facteurs de risque liés au décrochage scolaire sont divers et n’ont de valeur prédictive que dans l’accumulation de ceux-ci ou dans la combinaison de certains de ces risques[1][2]. Les risques liés au décrochage peuvent être répartis en 4 catégories :

  • Les facteurs personnels: délinquance juvénile, déficit d’attention, comportements agressifs, dépression, troubles mentaux…
  • Les facteurs familiaux: la capacité à résoudre les problèmes en famille, la question de l’autorité, la monoparentalité…
  • Les facteurs scolaires: la réussite, le climat scolaire, l’engagement scolaire (orientation choisie), le sentiment des élèves sur les capacités d’innovation de leurs enseignants, la clarté des règles, le phénomène de harcèlement scolaire…
  • Les facteurs environnementaux dont la précarité socio-économique.

La prise en charge des adolescents en décrochage scolaire se doit donc d’être plurielle, systémique, et de mettre en relation l’ensemble des acteurs présents dans la vie du jeune, à savoir : le jeune lui-même, sa famille et son environnement scolaire[3].

La méthode de la motivation globale : une réponse efficace et adaptée

Le décrochage scolaire est avant tout considéré, dans une perspective systémique, comme un symptôme : le symptôme d’une difficulté dans la vie de l’adolescent, que ce dysfonctionnement soit personnel (déception amoureuse, difficultés psychologiques…), scolaire (difficultés pédagogiques, harcèlement…) ou familial (difficultés communicationnelles et relationnelles).

La méthode de la motivation globale créée par l’Asbl Odyssée (Nicolas Roubaud et Catherine Sztencel) est une méthodologie d’intervention au bénéfice d’un jeune pour lequel les adultes craignent un décrochage scolaire voire un décrochage social. Il s’agit d’une méthode qui repose sur l’implication du jeune et sur la participation des divers intervenants qui sont en relation avec lui : ses parents, ses éducateurs, les intervenants sociaux, les juges de la jeunesse…

Le principe même de la méthode de la motivation globale est de déclencher chez l’adolescent une spirale de motivation (intrinsèque et extrinsèque[4]) qui va lui permettre de se mettre en action en :

  • Etablissant un lien de confiance avec le jeune et son environnement (en ce compris familial et scolaire)
  • Identifiant les difficultés scolaires, familiales ou personnelles qui ont conduit au décrochage ou aux difficultés solaires
  • Elaborant un projet mobilisateur porteur de sens
  • Accompagnant sa demande active de changement en stimulant son potentiel de motivation, et ce, en lien avec les différents acteurs liés à sa situation

Ainsi, la capacité à être acteur de ses projets est liée à divers facteurs :

  • Confiance en ses capacités à mener une action et à la réussir
  • Estime de soi et de la valeur que nous donnons à notre être et notre vie
  • Connaissance et acceptation de ses besoins et de ses désirs
  • Capacité réflexive sur les événements vécus et leur interprétation
  • Capacité à se mobiliser pour un projet
  • Capacité à transformer ses croyances limitantes
  • ….

Cette méthode est détaillée dans le livre suivant :

accompagner rupture scolaire

Les résultats de la méthode sont explicités dans le rapport d’activités de l’Asbl Odyssée qui utilise la méthode dans le cadre de l’ensemble de ses suivis individuels: http://www.odysseeasbl.be/resultats/a-telecharger/

Déroulement des séances

Durant les séances, le travail s’axe, au travers de divers outils (coaching, PNL, psychologie comportementale…) sur :

  • La responsabilisation et l’accompagnement du jeune vers l’autonomie en fonction de son âge, de ses ressources et de sa situation familiale (projet scolaire, projet professionnel, relations familiales, respect de la loi…).
  • La transformation de la démotivation et du stress en projet positif
  • La reconquête de la confiance en soi
  • La clarification d’objectifs, l’identification des ressources personnelle, le choix, en pleine conscience, de la bonne voie scolaire, professionnelle ou relationnelle pour vivre sa vie de manière engagée
  • Le rétablissement d’un lien mutuellement respectueux entre l’adolescent et son environnement par une prise en charge plurielle qui met en relation l’ensemble des acteurs présents dans la vie du jeune (le jeune lui-même, sa famille et son environnement scolaire)

 

Lorsque le jeune est en difficulté pédagogique, un suivi méthodologique adapté est proposé.

Ces séances s’organisent dans le respect valeurs éducationnelles et culturelles de chacun.

Références :

[1] Potvin, Prévenir le décrochage scolaire, Mieux comprendre la réussite ou l’échec scolaire de nos enfants et de nos adolescents, Editeur Beliveau, Collection psychoéducation : fondements et pratique

[2] Blaya Catherine, Décrochages scolaires, L’école en difficulté, Edition De Boeck, Collection Pédagogies en développement

[3] Le questionnaire d’évaluation du risque de décrochage scolaire en milieu scolaire (DEMS créé par Potvin, Côté-Doré, Fortin, Royer, Marcotte et Leclerc, 2003) a pour objectif d’évaluer le risque de décrochage scolaire chez les élèves du secondaire. Il comprend 5 sous-échelles : Implication parentale (9 items), attitude envers l’école (9 items), perception de son niveau de réussite scolaire (10 items), supervision parentale (7 items) et aspirations scolaires (4 items). Vous pouvez le consulter ici : http://www.pierrepotvin.com/8.%20Banque%20d’outils/questionnaire-de-depistage.pdf

[4] Les concepts de motivation extrinsèque et intrinsèque en contexte scolaire sont explicités dans le livre suivant : « La motivation en contexte scolaire », Rolland Viau, De Boeck, Collection Pratiques Pédagogiques

Ce texte a été rédigé par Florence Dequenne, coach parental au centre Thérapsy.

Vous n’avez pas trouvé la réponse à vos questions ?
Vous souhaitez prendre rendez-vous ?

N’hésitez pas à nous contacter du lundi au vendredi de 09h00 à 19H00
Tél. : +32 2 880 02 88

La parentalité positive : une réponse efficace et adaptée